~ LES TERRES PERDUES ~

Qui montera sur le trône de fer...?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]

Aller en bas 
AuteurMessage
Cybella Farrell
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
40/40  (40/40)

MessageSujet: Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]   Ven 31 Mai - 0:58

La rousse devait une fière chandelle aux âmes plutôt aventureuses et voyageuses de l’Institut. Encore une fois, elle se remettait en route en pleine nuit pour faire son travail resté clandestin, sauf peut-être pour l’intervenant Clarke, mais cela était une toute autre histoire.

La subtilité et la discrétion en forêt c’était son art, mais on dirait que les gens prenaient goût à l’espionner ou du moins à essayer de l’aider. Elle ne savait pourquoi, avait-elle l’air si jeune et insouciante au point de paraître trop sensible et faible? Elle était plus âgée que bien des gens de l’Institut, même plusieurs professeurs pourraient être ses petits-enfants pour ne pas dire ses arrières petits-enfants… Tout ça pour dire qu’elle pensait à son autonomie assez bafoué par tous. Elle n’était pas une enfant, du moins pas lorsqu’elle séjournait parmi les humains, alors pouvait-elle faire se dont elle avait envie? Pourquoi se faire surveiller, si elle voulait courir le ‘’danger’’ de se promener seule à l’extérieur des limites de l’école, et bien c’était son problème!

Elle se promenait nonchalamment, attendant peut-être de croiser les malfaiteurs sur le fait… Ils n’avaient pas l’air d’être prudents, car à ce qu’on rapportait, un d’entre eux s’était fait blessé à l’épaule par une flèche. Des vandales… Et maintenant qu’ils s’étaient faits attaqués une fois par les rôdeurs, ils n’essaieraient plus en concluraient trop hâtivement les apprentis qui faisaient leur ronde que très tôt en soirée soit exactement l’heure où ceux-ci faisait du grabuge. À peine 9 heure sonnait que déjà, les rôdeurs allaient bientôt pointer leurs nez. Elle savait que les jeudis étaient le jour d’un autre clan, ainsi, elle avait la chance de ne pas être démasqué, bien que la nouvelle de sa fuite ait peut-être été rapportée un peu partout, et bien, de toute façon ce n’était que des apprentis sans leur mentor aujourd’hui.

Une fois arrivé sur les lieux, elle grimpa comme à son habitude à l’arbre le plus proche, se déplaçant d’une branche à l’autre comme si elle marchait normalement, sauf peut-être que des fois, elle descendait ou remontait selon la hauteur de chacune des branches. C’était son petit paradis à elle ici. Et alors que tout semblait normal, tout lui sembla finalement trop silencieux. Rien en vue, aucun animal, aucune petite bête, comme s'ils sentaient le danger présent. Elle sembla perplexe sur le coup, mais bon, elle savait comment s’y prendre avec les trouble-fêtes.
Bref, comme elle le désirait, ils étaient là, prêts à mettre le tout en tas de cendre. Elle étira alors son arc, visa prêt des pieds des trois jeunes hommes. Elle n’avait besoin que d’une flèche, bien qu’elle aurait bien put mettre une à la suite de l’autre les flèches à leurs cibles, donc près des pieds de ses trois camarades sans louper. Pas qu’elle voulait s’en vanter, elle adorait tout simplement la sensation de tirer, d’avoir les paumes et les doigts sur le bois polie de son arc. Ils furent sur le coup surpris, mais dès qu’elle fut dans leur champ, ils ne furent aucunement effrayés. Et bien, d’autres gringalets qui ne croyaient pas que la rousse cachait plus de trucs qu’ils ne pouvaient l’imaginer.

-Hé bien, une petite rousse on a encore une apprentie trop téméraire, avait-elle crut entendre.

Au lieu de répondre comme l’aurait fait n’importe lequel de ces acolytes assez fier de leur titre, elle garda cela pour elle, croyant se garder un autre tour dans sa poche. Ça ne prit pas deux secondes que déjà, que l’un des trois hommes sortit une arme à feu. Bien entendu, tous auraient pu croire qu’elle était déjà foutue, mais elle avait vite compris la ruse du garçon. Il était le seul d’armé, aucun autre ne portait d’arme à feu sur eux comprit-elle à l’air un peu ridicule et se voulant supérieur du garçon. Il semblait être le chef de la petite bande, le seul qui semblait bien vouloir la regarde sans regarder ailleurs que l’émeraude de ses yeux.

-Donne-moi ça jeune fille, si tu ne sais pas t’en servir, dit-il en pointant de son menton son arc à flèche. Alors, tu ne fais pas ta maligne avec moi? Tu n’essaye pas comme les autres de dire que tes gentils petits amis sont en route?

Elle ne put que sourire, les yeux pétillants à ce supposé cerveau du groupe. Tout se passait dans les yeux et les sourires malins que Cybella laissait parfois se former sur ses lèvres. Elle ne laisserait pas la victoire aussi facile à ce gamin. S’il se croyait organiser et maître de la situation qu’en ayant un arme parqué sur elle, il fallait bien qu’elle lui apprenne quelques trucs à propos des vrais joueurs. L’arc qui était alors toujours à ses pieds remontant presqu’innocemment vers la main libre du garçon, mais juste avant qu’il comprenne se qui lui arriva, l’arc était sur le poignet armé du garçon, elle tira donc l’arc vers le bas, désarmant ainsi celui-ci et faisant glisser l’arme à environ un lieu plus loin. Le garçon pas aussi peureux qu’elle l’aurait souhaité ne prit pas de temps et une fois l’arc en main, la fit céder en un coup de genou donné à son centre. Autant le garçon était désarmé que la rousse l’était… Non, ce n’était pas totalement vrai, celle-ci avait toujours ses dagues accroché à ses bottes. Elle recula donc se trouvant au centre du triangle que les garçons avaient formé. Et bien, la véritable action commençait.

Jamais au grand jamais dans sa carrière, elle n’avait tué réellement quelqu’un, elle essayait toujours de faire en sorte de bien les assommé, elle imaginait d’ailleurs déjà les trois petits mignons ligotés après un arbre, alors que les apprentis arriveraient avec déjà le sale boulot de fait. C’est même eux qui aurait le prestige de tout cela… De retour au combat, désolé.

Elle sortit donc ses deux dagues, en envoyant une sur le chef, ne faisant qu’effleurer l’épaule du chef, tandis qu’avec l’autre, elle l’envoya valser sur celui à sa gauche. Le chef sourit, laissant deviner rapidement à la rousse que celui d’en arrière s’en venait rapidement. Elle attendit encore un peu, jusqu’à entendre le souffle du malfrat à trois pas d’elle avant de monter sa jambe pour lui envoyer un bon coup de pied alors que sa main venait d’attendre le sol comme pour lui permettre d’étirer encore plus sa jambe qui atteignit le menton du garçon. Elle sentait que tout ça prenait son sens, que maintenant qu’elle se contrôlait sur sa stupeur, elle pourrait y arriver lorsqu’elle entendit un craquement de branche. Il y en avait un autre? Plusieurs autres? Ils profitèrent de ce moment de distraction de l’elfe pour l’empoigner à la gorge alors que l’acolyte qu’elle avait presque qu’écorcher avec sa deuxième dague se pointa, fessant passer le froid de cette même amie, comme elle aimait les appeler le long de son dos pour l’avertir cette fois qu’elle ferait mieux de ne pas bouger, de toute façon, il tenait sa dernière arme. Elle osa enfin parler.

-Et bien, vous êtes combien? Ne me faites tout de même pas croire qu’un bon samaritain viendrait à mon secours, dit-elle en riant ne croyant pas du tout à cette option. Vous me faite le coup du petit espoir avant de me réduire en miette, c’est ce qui vous amuse dites-moi, donner espoir aux gens avant de les tuer, vous êtes maintenant passé aux choses plus sérieuses, vous avez fait du rapide à ce que je vois.

Et voilà qu’un sifflement se fit entendre, une flèche, une dague? Alors que le son lourd et vide d’une personne comme sans vie avait tombé grossièrement sur l’herbe bien haute ou aucun sentier n’était piétiné. Elle se retourna vivement pour constater de ces propres yeux le mal qu’elle venait de causer inutilement en intervenant seule contre trois. Elle entrevit un regard d’une couleur à lui donner des frissons plus importants que ceux qu’elle avait sentit le long de son échine vu la fraîcheur de la lame. L’homme, sans aucun doute vu sa silhouette avait un regard couleur de feu, tel la couleur des braises qui reprenaient vie. Serait-ce la dernière chose qu’elle verrait, mon dieu faite que non! Elle était dignement à la merci de ces à nouveau trois bandits. Elle pourrait toujours se servir de cette distraction, car les deux jeunes gens aussi ne semblait guère enthousiaste à l’arrivée de ce mystérieux personnage.

_________________
Memories consume like opening the wound. I'm picking me apart again.

~ Breaking the habit - Linkin Park!


Dernière édition par Cybella Farrell le Sam 1 Juin - 10:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eos
Barbare
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 23/05/2013

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]   Ven 31 Mai - 8:50

Eos avait continué son périple pour atteindre Valkar, malheureusement il ne savait pas se repérer autrement qu'avec un Indicateur Galactique
[ GPS high-Tech utilisé à Paludurh ]
Il avait donc fait escale dans cette foret.... plutôt verte.... Très verte et vivante. Ce qui étonna légèrement Eos car la plus part des autre foret même vivante semblait plus sombre.
Au fur et à mesure qu'il avançait en ces lieux, l'humeur d'Eos se dégradait. Cette lumière... Cette vitalité... En était la cause.
Il ne cessait de se remémorer cette vie qui lui avait été volée.

Putain! jura-t-il tous seul alors qu'il marchait.

Puis alors qu'il continuait d'avancer de son charisme ténébreux. Il tomba sur une scène plus qu'attrayante.
Une femme d'une immense beauté, aux cheveux de feu, était en lutte contre quelques individus. Eos utilisa alors sa technique de téléportation pour se placer tranquillement sur une branche d'arbres et continuer de regarder le 'film' qui se déroulait sous ses yeux.
La rousse avait réussi à désarmé un de ses assaillants qui avait une arme à feu, ce qui lui valu de se prendre un coup de genoux dans le ventre qui la plia et aussitôt son adversaire la désarma de son arc. La rousse reculait en vacillant, elle se retrouva alors au milieu du triangle que ses adversaires avaient créer.

La rousse était apparemment combative car elle tenta mine de rien de jeter des dagues sur ses ennemis et frapper violemment le troisième avec un coup venu du bas plutôt efficace.

Le jugement était fait cette femme était courageuse et Eos adorait ça, il ne la laisserait pas galérer plus longtemps. Il réfléchît une seconde puis décida de faire une arrivée théâtrale. Ainsi il se téléporta derrière l'homme qu'elle avait propulsée de son magnifique coup de pied.

Avant d'agir il se rendit compte que l'absence de son poids sur la branche fit un petit craquement qui ne laissa pas les personnes présente indifférente, sauf Eos. Mais malheureusement la femme se fit exploiter par cette inattention et les 2 ennemies la maîtrisèrent, l'un l’étrangla et l'autre lui plaça sa lame sur son dos.

La rousse s'exprima alors... Eos ne l’écouta pas et en profita pour attraper le 3e derrière qui il se trouvait il lui saisi le visage et le lui tourna brusquement de manière à lui infliger le coup du lapin.
L'homme tomba lentement me laissant alors apparaître aux yeux des 3 personnes restante.
Mes yeux infernaux les fixant d'une manière meurtrière. De là il put constater la méfiance dans les yeux des 3 individus en face de lui. Méfiance qu'il voulait transformer en peur.
Utiliser 3 fois la téléportation était abusée son énergie lui coûter beaucoup à chaque fois, mais il voulait paraître comme un monstre... Il voulait instaurer la terreur avant de les tuer sans aucune pitié, quoi de mieux que quelqu'un de sombre d'apparence surpuissant capable d’apparaître là ou là en un sifflements, tel un démon.

Il apparut alors d'un coup auprès d'eux, le fait de briser la distance entre eux et lui comme ça, d'un coup eut l'effet rechercher...
Alors que celui qui tenait la lame le regardait les yeux ouvert par la terreur, Eos lui saisit le visage alors qu'une lumière rougeâtre apparaissait dans la paume de sa main. Le brigand hurla de terreur et de douleur alors qu'une petite explosion lui déchira littéralement le visage.

Sans tourner la tête, Eos regarda en biais le 'chef' qui avait lâcher la rousse.

Dans un rictus sombre Eos leva lentement la main en sa direction et la même lumière rouge apparu dans la paume de sa main en formant une sorte de petite boule.
Tu ne peux plus m’échapper, repents toi
Annonça-t-il d'une manière très mauvaise
Revenir en haut Aller en bas
Cybella Farrell
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
40/40  (40/40)

MessageSujet: Re: Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]   Sam 1 Juin - 14:13

Par chance, le jeune homme qui l’avait empoigné par la gorge ne serrait pas trop, ainsi, elle avait pu s’exprimer avant qu’il resserre l’étau sur sa gorge. Peut-être aurait-elle dû à nouveau arrêter de parler, autant elle savait faire des joutes verbales qu’aussitôt elle comprenait le temps et les efforts qu’elle économiserait si elle n’essayait pas que sa voix ne sonne pas trop rêche.
Tout semblait devenir beaucoup plus sinistre qu’elle l’avait prévu. Elle entendit le corps du troisième jeune homme tomber sur l’herbe, sans vie. Heureusement, elle n’avait pas entendu le craquement du cou du garçon, trop étourdit pour cela vu le sang qui semblait ne plus vouloir lui monter à la tête, le peu de sang qui lui restait semblait d’ailleurs prendre un malin plaisir à tambouriner dans ses oreilles, sentant son cœur se ralentir. Elle, rôdeuse depuis une soixantaine d’années, n’allait certainement pas finir assassiné par la main de ce petit voyou, c’est elle qui vous le garantissait. Elle commençait réellement à devenir rouge autant vu le souffle qui commençait à lui manquer que par colère. Elle ne tolérait pas une défaite aussi facilement. De ses pieds, surélevés, elle essayait de donner des coups sur les tibias de ses deux adversaires.

Elle crut entendre les hurlements de celui qui tenait l’arme, ce ne pouvait nullement être elle qui avait provoqué cette soudaine douleur, bien qu’elle avait bel et bien atteint le genou de celui-ci. Au deuxième cri, son assaillant lui lâcha la gorge. Elle put enfin reprendre son souffle une fois tombé à genou sur le sol. Elle mit sa main avec délicatesse sur sa gorge qui avait déjà abordé les marques blanches des fins doigts de ce malfrat. Elle toussa quelques fois, reprenant son souffle par de grandes respirations et quelques petites inspirations entre chaque. Elle devait réellement ne pas être très discrète avec ce souffle étrangement sifflant avec ses doigts délicatement posé sur sa peau à vive.

Tout près d’elle, le corps du garçon qui la menaçait tout à l’heure se retrouva devant elle. Visage déconfit, déchiré, plissé comme fondu vers l’intérieur. Avec cela, elle avait réussit à imaginer la douleur qu’il avait ressentit, son cri lui traversait encore l’échine faisant même soulevé les quelques que petites frisottis qu’elle avait sous son épaisse chevelure, venait chatouiller sa nuque. Au moins, son triste sort étant maintenant fini, ses yeux étaient éteints, sans pourtant qu’ils n’affichent plus de plaisance et de clémence. Elle voulut baisser les paupières du jeune, mais elle s’abstient car elle savait qu’inévitablement, la chair de ce jeune rebelle lui resterait sur les doigts. Alors d’une main, elle passait tout près de cette peau déshydratée pour ne pas dire caramélisée ou carbonisée, comme si elle essayait de pouvoir faire changer les choses, et non, elle n’avait pas de pouvoir de guérison elle, elle ne savait que les bienfaits des plantes, mais vu l’état du garçon, ça ne serait point utile ni même efficace. Elle était quelque peu en état de choc, jamais au grand jamais elle n’avait vu ce genre de chose et pourtant, elle en avait vu des choses horribles qui s’était produisent dans la forêt, ce n’était pas pour rien que les apprentis étaient souvent mis à l’épreuve, les citoyens n’en savaient guère grand chose, mais on ne pouvait pas y arriver sans deux ou trois chutes, aussi fort et orgueilleux qu’on puisse l’être.

Elle lâcha alors le grand brûlé des yeux pour voir que le mystérieux personnage allait maintenant s’en prendre à l’autre homme.

Tu ne peux plus m’échapper, repents toi.

Elle réagit impulsivement, se mettant immédiatement devant son précédent assaillant, ne sachant de tout manière aucunement les intentions de l’homme, peut-être qu’elle était aussi la prochaine victime de cet impitoyable bourreau. Aucun remords, aucune amabilité, il ne semblait vouloir qu’instaurer la terreur, point final. Elle le sentait dans son regard. Elle avait ce certain vertige qui la gagnait de s’être relevé aussi rapidement, sans parler qu’elle ne savait pas si l’homme allait avoir le temps de contrôler son feu.

-Je ne sais pas qui vous êtes, mais vos manières sont barbares, laissez moi vous en toucher quelques mots avant que je me charge moi-même de ce petit malfrat.

Peut-être que c’est assez contradictoire, mais notre Cybella restait de ses gens de caractère sans pourtant aller jusqu’à tuer ses adversaires. Aucun plaisir ne pouvait s’en retirer, elle le savait. De son regard le plus furieux, avec son air le plus sérieux, elle le regardait sans essayer d’échapper à son regard. C’était presque rendu une confrontation avec celui qui l’avait en quelque sorte ‘’sauvée’’, c’était assez insensé, mais pour Cybella, c’était juste. Elle voulait voir s’il n’avait pas au moins un peu de remords, un petit quelque chose, une chose qu’elle essayait tant bien que mal de dissimuler parfois elle-même, elle voulait savoir si c’était elle qui était de nature trop compatissante, elle voulait savoir comment on pouvait faire une chose si épouvantable et enfouir la moindre parcelle de gentillesse, de pitié.

-Alors c’est quoi le problème, on est sexiste par hasard, vous ne croyez pas qu’une simple elfe, qui doit connaître certainement cette forêt beaucoup plus que vous puisse réussir à arrêter trois petits gamins qui se prennent pour des dures? Il semblait vouloir répondre, mais elle le coupa. Je n’ai pas fini! Regardez moi, est-ce que j’ai l’air si insouciante, je sais me débrouiller toute seule, compris?! Je ne suis pas cette fille téméraire sans expérience, j’ai déjà appris, alors pour l’application, en s’en reparlera, je n’ai plus besoin de quelqu’un pour m’aider ou pour me surveiller, vous êtes aussi un surveillant, peut-être? En tout cas, ils vous ont tous engagez avec cette air de déjanté ou quoi? Ici, ce n’est pas un terrain de chasse ni un terrain de jeu, alors si vous voulez achevez quelqu’un, ça seras à l’extérieur de ma forêt, sinon je n’aurais d’autres choix que de vous livrer vous, dit-elle un sourire assez méprisant et à la fois un peu indifférent.

_________________
Memories consume like opening the wound. I'm picking me apart again.

~ Breaking the habit - Linkin Park!
Revenir en haut Aller en bas
Eos
Barbare
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 23/05/2013

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]   Sam 1 Juin - 15:01

Eos acheva rapidement ses cibles et voulu en finir avec la dernière.
Mais alors que sa boule d’énergie était prête à être éjecter, la rousse qu'il venait d'aider s'interposa en se plaçant devant lui et en le regardant déterminée. Ce courage donna un petit élan de violence qui traversa les veines d'Eos.

'Est-elle folle ou quoi?' se demanda-t-il intérieurement

Puis cette dernière lui annonça:
-Je ne sais pas qui vous êtes, mais vos manières sont barbares, laissez moi vous en toucher quelques mots avant que je me charge moi-même de ce petit malfrat.

Puis elle se mit à le regarder fixement droit dans les yeux... Comme si elle voulait percer une quelconque raison en lui.
Eos continuait lui aussi de la fixer, une sorte de rapport de force c’était installé entre nous. Un rapport de force auquel Eos céda... Il baissa son bras et sa boule d’énergie se résorba mais il continuait de fixer la demoiselle avec obscurité.
Puis d'un coup elle reprit de plus belle

-Alors c’est quoi le problème, on est sexiste par hasard, vous ne croyez pas qu’une simple elfe, qui doit connaître certainement cette forêt beaucoup plus que vous puisse réussir à arrêter trois petits gamins qui se prennent pour des dures?

Sexiste.... Il venait de lui sauver la vie... Alors qu'il voulu faire part de son mécontentement, il fut coupé par cette dernière qui poursuivit telle une furie
Je n’ai pas fini! Regardez moi, est-ce que j’ai l’air si insouciante, je sais me débrouiller toute seule, compris?! Je ne suis pas cette fille téméraire sans expérience, j’ai déjà appris, alors pour l’application, en s’en reparlera, je n’ai plus besoin de quelqu’un pour m’aider ou pour me surveiller, vous êtes aussi un surveillant, peut-être? En tout cas, ils vous ont tous engagez avec cette air de déjanté ou quoi? Ici, ce n’est pas un terrain de chasse ni un terrain de jeu, alors si vous voulez achevez quelqu’un, ça seras à l’extérieur de ma forêt, sinon je n’aurais d’autres choix que de vous livrer vous

En la regardant Eos eut cette desagreable envie de la supprimer pour qu'elle se taise. Il fronça les sourcils en continuant de la fixer. Puis d'un coup il se baissa pour ramasser une sorte de shuriken sur le cadavre de celui à qui il avait explosé la tête. Il balança alors le shuriken qui fit un arc sur le coté de la femme elfe. Car le voyou qu'elle avait protéger était en train de prendre la poudre d'escampette, le shuriken termina sa course dans son crane.... Il tomba sur le champs, mort.

Comme pour la provoquer un peu Eos eut un rictus moqueur en regardant la femme elfes. Puis après avoir repris son sérieux il déclara:

Tu parles trop... Pour au final pas grand chose. Et en plus tu me racontes ta vie. Mais le truc c'est que tu étais en difficulté alors je suis venue t’aider. Sa n'a rien a voir avec la galanterie, c'est juste que... il marqua un petit temps d’arrêt, Eh bien disons tout simplement que je pense que tu le méritais.

Il s'approcha lentement d'elle, la regarda encore et s'en alla. Cette femme était magnifique même en colère... Bizarrement son regard était plus puissant que le sien car il ne pu tenir longtemps avant de se perdre et de se plier face à se regard émeraude capable d’éclairer les plus profond ténèbres. Un regard infini et intense, qui finit bel et bien par vaincre les yeux flamboyants d'Eos. Pour tenter de se reprendre un peu il lui lança un nouveau petit pique
Et sa ne sert à rien de me suivre pour me crier dessus car tes sautes d'humeur me font une belle jambes. Il se retourna pour la regarder. Okay?
Revenir en haut Aller en bas
Cybella Farrell
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
40/40  (40/40)

MessageSujet: Re: Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]   Sam 1 Juin - 22:47

Elle ne sut pas comment elle avait fait, mais malgré la vague de colère de l’homme devant elle, elle lui avait fait baisser la main et elle avait du même coup éviter une mort douloureux au jeune rebelle. Elle croyait sincèrement qu’il avait eu son compte, après tout, ses deux acolytes venaient de se faire liquider devant lui, alors elle se disait bien qu’il allait se repentir et trouver un avenir moins périlleux. Seulement, elle n’avait pas encore gagné la partie à ce qu’il fallait croire. L’homme aux cheveux de corbeaux avec des mèches rouges restait là à la regarder de façon obscure, alors qu’elle essayait d’y déceler la moindre pitié, la moindre humanité, rude épreuve pour la rôdeuse…

Pendant qu’ils se fixaient ainsi, elle avait eut l’envie de le frapper au lieu de quoi elle déversa sa colère en flot de paroles. Elle en avait tout simplement assez, elle n’avait pas réussit à battre Kaen alors qu’il avait une main blessée, elle n’avait pas peut faire sa mission sans être suivit et gardée plutôt qu’aider par un surveillant. Alors oui, pour une fois, elle aurait voulu que personne ne vienne l’aider, était-ce trop compliqué à comprendre? Elle n’était pas la princesse en détresse, elle était le preux chevalier et le contraire était tout simplement inconcevable pour l’elfe. Elle aurait certainement trouvé comment se défaire de la prise du garçon et puis, l’instinct de survie l’aurait certainement sortie de se pétrin, d’ailleurs s’il n’aurait pas fait de bruit, elle n’aurait pas été distraite.

Elle voulait faire ses preuves et si elle voulait réaliser son rêve, elle devrait réussir quelque chose d’aussi simple que de se battre contre trois gamins. Elle ne le quittait pas des yeux, comme si le premier qui clignait des paupières ou qui arrêtait de fixer l’autre avec cette teinte de colère perdait, elle avait presque l’impression qu’il débattait la mort de ce jeune homme avec une vulgaire compétition de regard. C’était toujours en gardant son regard dans le rouge de ses pupilles qu’elle laissait le tout sortir.

Après son petit avertissement, l’homme fronça des sourcils. Quoi il ne la prenait pas au sérieux lui aussi? Et puis il se pencha, alors qu’elle avait entendu le jeune homme prendre la fuite. Il ne reviendrait plus vu la frousse qu’il devait avoir eue.

Il ne reviendrait plus, c’était le cas de le dire… Avant même qu’elle puisse comprendre quoi que se soit, elle allait sourit, croyant que le jeune avait maintenant sa chance de partir indemne, elle allait d’ailleurs montrer sa joie à l’homme qui avait l’intention de le tuer deux minutes plus tôt, un genre de sourire victorieux qui montrait qu’elle avait gagné. Alors qu’elle voulait montrer à l’autre rigolo qu’elle, la rousse qu’on sous estimait toujours avait gagne cette manche, au lieu de quoi, elle vit quelque chose d’horrible. L’homme avait lancé un shuriken qui se planta en plein dans la nuque du garçon, il s’arrêta net, alors que sa chevelure blonde se tâchait de rouge. Elle n’avait pas put crier, sa gorge légèrement à court de sons. Son visage devient alors cramoisi en réponse au rictus moqueur de l’homme ou plutôt comme elle le nommait dans sa tête, le bourreau.

Elle fit donc un pas, des larmes de rage faisant presque leurs apparitions à chaque extrémité de ses yeux. Elle fit un pas et était sur le point de lui sauter au cou – et pas dans le sens le plus joyeux du terme – quand il prit la parole se qui la fit s’arrêté d’avancer.

-Tu parles trop... Pour au final pas grand chose. Et en plus tu me racontes ta vie. Mais le truc c'est que tu étais en difficulté alors je suis venue t’aider. Sa n'a rien a voir avec la galanterie, c'est juste que... il marqua un petit temps d’arrêt. Eh bien disons tout simplement que je pense que tu le méritais.

Ce n’était certainement pas cela qui allait adoucir le tempérament de la rousse. Tel un jeune volcan, elle était sur le point d’entrer en éruption par simple caprice. Elle n’était pas très tolérante, on dirait que cet homme ne faisait qu’envenimer sa haine même s’il avait voulu au départ l’aider.

Finalement, alors qu’elle croyait qu’il s’en allait, il se rapprocha d’elle, la regardant une seconde fois. Mais que voulait-il? Qu’elle réagisse c’était certain, il prenait un grand risque à s’approcher de si près de l’elfe qui n’attendait que le bon moment pour intervenir, mais cette fois, alors que son regard croisa celui de l’homme, elle fut un peu déconcerté en voyant que la teinte de rouge changeait pour devenir moins brutale et plus aimable, alors que pourtant, elle, elle avait gardée son regard féroce et bestiale. Il se retourna et partit avant de revenir à la charge comme pour rappeler à la rousse la fureur qu’elle avait envers lui.

-Et ça ne sert à rien de me suivre pour me crier dessus car tes sautes d'humeur me font une belle jambe.

Encore une fois, son regard émeraude retrouva ses deux ennemis rouges qui cherchaient trop contact avec celui-ci au goût de l’elfe.

-Okay?

Il avait un de ces airs, quelle arrogance!

-Vous croyez que je vous laisserais la joie de ne pas entendre ma voix et mon opinion qui semble particulièrement vous irriter, dit-elle un sourire de mauvais augure apparaissant pour la première fois sur ses lèvres au grand étonnement de la rousse vu les circonstances. Vous êtes stupide si vous l’avez du moins espéré… Allez, venez! Vous m’avez m’y au défi et bien aussi bien se battre en bonne et due forme, car ce n’est pas vrai que je vais jouer au chat et à la souris avec vous.

Elle le regarda avec son regard de défi le plus provoquant qu’il soit.

-Ça serait assez idiot de votre part de passer à côté d’un combat avec une aussi bonne adversaire, sans vantardise aucune. Avec tous vos petits tours de magie, vous avez surement besoin d’un bon entraînement pour rattraper le coup.

Tout cela avait été dit de façon presqu' innocente, et pourtant, elle était déterminée et s’il n’acceptait pas, elle irait certainement, même si ce n’était pas exactement ce qu’elle avait dit, le chercher pour non pas le gifler comme ces jeunes femmes puériles, mais plutôt pour lui donner un coup de poing mémorable. Bien qu’elle ne sut pourquoi, mais elle avait l’impression d’avoir touché une corde sensible, beaucoup de sorcier d’ailleurs avait ce point sensible.

-Qu’attendez-vous pour vous avancez vers moi, vous avez pourtant bien su le faire toute à l’heure?, dit-elle en le regardant moqueusement.

Elle aimait bien avoir cette fois l’air moqueur devant l’homme au lieu de ce visage emplit de haine. En tout cas, il était certainement le genre de crâneur qui vous pourrit la vie, pensa Cybella avant de rouvrit la bouche une quatrième et dernière fois.

-Je suis remplis de surprise, alors comment dire…, dit-elle en se foutant un peu de l’homme à la musculature parfaite. J’aurais un marché à vous proposez, ses sourcils se soulevèrent alors que son regard commençait presque à s’amuser. Si je gagne la bataille, je vais vous dire ce que je pense de vous et si c’est vous… et bien je vous promets un petit quelque chose de mon cru, dit-elle le laissant imaginer se qu’il voulait bien s’imaginer.

Elle le laissa donc réagir, arrêtant de le bombarder de paroles, car de toute façon, elle allait devoir se garder de la salive pour lui dire tout se qu’elle pensait du mystérieux bourreau, car elle allait gagner, elle le devait. Elle ne manquait pas d’assurance, en plus, elle se disait qu’elle n’aurait pas fait tout ce chemin pour finalement n’avoir corrigé personne. Pour elle, tout cela était l’occasion parfaite, elle n’aurait pas à lui courir après pour le combattre, non, elle venait tout juste de le lui dire. Elle avait drôlement hâte d’entendre la voix du bourreau, savoir le verdict final.

_________________
Memories consume like opening the wound. I'm picking me apart again.

~ Breaking the habit - Linkin Park!
Revenir en haut Aller en bas
Eos
Barbare
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 23/05/2013

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]   Dim 2 Juin - 9:07

La rousse s’était interposer entre Eos et sa cible... Puis il l'a laissa s'en sortir.
Il commença à s'en aller tout en provocant la rousse mais cette dernière comme à son attente ne le laissa pas partir ainsi.
-Vous croyez que je vous laisserais la joie de ne pas entendre ma voix et mon opinion qui semble particulièrement vous irriter. Vous êtes stupide si vous l’avez du moins espéré… Allez, venez! Vous m’avez m’y au défi et bien aussi bien se battre en bonne et due forme, car ce n’est pas vrai que je vais jouer au chat et à la souris avec vous, annonca-t-elle sur le ton de la provoc'

Eos jubila intérieurement, cette femme répondait du tac au tac. Elle était caractérielle et voulait être forte.... Eos adorait ça, il considérait toujours avec plus de respect, les femmes forte que les bouffonne pleurnicharde, mais sans attendre elle rajouta avec son regard le plus provocateur:
-Ça serait assez idiot de votre part de passer à côté d’un combat avec une aussi bonne adversaire, sans vantardise aucune. Avec tous vos petits tours de magie, vous avez surement besoin d’un bon entraînement pour rattraper le coup

Ainsi donc, il l'avait énervé à ce point. Elle voulait en découdre avec lui... Eos commençait déjà à la calculer... Elle ainsi que ses mots.... Elle en avait marre d’être aidée, elle voulait l'affronter... Eos en conclut donc pour lui même que l’assassina des racailles n’était qu'un prétexte elle voulait soi se prouver quelque chose à elle-même soi se battre contre le destin qui n’arrêtait pas de lui donner des coup de pouces. Dans les 2 cas... l’affrontement était inévitable.
Puis les flots de paroles continuèrent encore et toujours:
-Qu’attendez-vous pour vous avancez vers moi, vous avez pourtant bien su le faire toute à l’heure?

-Je suis remplis de surprise, alors, J’aurais un marché à vous proposez

Si je gagne la bataille, je vais vous dire ce que je pense de vous et si c’est vous… et bien je vous promets un petit quelque chose de mon cru

Elle était gonflée d'assurance... et le rôle du provocateur s’était inversée.

Il se demandait si il devait la briser totalement... elle et son mental. Ou bien simplement lui donner l'espoir d'une victoire ou d'un bon combat... Sans sourire ou afficher une expression faciale joyeuse, il lui fit signe d'approcher. Lui indiquant qu'il était plus que prêt pour un fight
Revenir en haut Aller en bas
Cybella Farrell
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
40/40  (40/40)

MessageSujet: Re: Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]   Lun 3 Juin - 4:29

On dirait bien qu’une fois partit, la rousse ne s’arrêtait jamais de parler. Elle se demandait d’ailleurs pourquoi le garçon n’avait pas déjà essayer de tenter de la faire taire… Ah oui, il lui en avait déjà glissé un mot plus tôt à ce sujet. Elle était simplement tenace, peut-être même un peu trop. C’était à se le demander parfois…

La réaction du garçon, la laissait assez perplexe, il n’était pas du genre bavard, elle qui croyait bien avoir en avant d’elle un combattant à l’allure arrogant et au sarcasme sans fin. Elle fut surprise de voir que le garçon ne demandait pas à en savoir plus sur ce prix venant de son cru. Il n’était pas de nature curieux à ce qu’il fallait voir. Il n’était pas plus intéressé qu’il le fallait, et bien c’était parfait ainsi! Après tout, il lui aurait certainement rit au visage ou tout simplement décliner l’offre vu le minime objet de convoitise qu’il aurait le droit s’il remportait entre parenthèses, car elle lui donnerait du fil à retordre c’était certain, mais avant tout, car elle ne pouvait pas penser une seconde qu’il gagnerait, sinon elle était faite d’avance. Elle n’admettait pas la défaite même si on aurait pu croire qu’elle commencerait à se résigner et à ne plus se croire indestructible.

Aucun sourire carnassier, sadique ou même un peu arrogant ne fit d’apparition sur les lèvres de l’homme, qu’aucune expression faciale de joie. Il ne fit qu’un signe lui disant de s’approcher… Wow, elle qui avait travaillé à mettre plein de phrases d’affilés, elle n’avait droit qu’à un petit signe presque insignifiant sans ce sourire qu’elle aurait tant voulu voir carnassier, comme pour la remonter encore un peu plus contre lui. Sans même le remarquer, elle se remontait contre lui que par ses ‘’non-actions’’, ça allait être toute une bataille, elle le sentait.

-Alors, deux dernières petites choses, dit-elle en s’avançant vers l’homme ne roulant sans même le vouloir des hanches de façon féminine sans être vulgaire pour autant de par la grâce innée des elfes lors de tous leurs déplacements. De un, dit-elle en montrant son index, pas de magie, sinon j’aurais gagné, de deux, et voilà qu’elle leva aussi le majeur pour accompagner les chiffres qu’elle disait à voix haute en même temps comme elle l’aurait fait pour un enfant , ne te gêne surtout pas, je suis capable d’en prendre et de naturellement me ménager.

Elle atteignit alors enfin l’homme, laissant à peine un centimètre entre elle et le torse de l’homme. Elle releva son regard le plus confiant environ une vingtaine de centimètres plus haut pour le regarder dans les yeux, avant de lui tourner le dos faisant claquer sa tresse sur les joues fraîchement rasées ou tout simplement encore sans pilosité de l’homme. Elle avait combattu des centaines de fois, elle avait joué ce jeu des dizaines de fois de cacher la véritable victime meurtrit qu’elle était, elle c’était dit des centaines de fois qu’elle passerait par-dessus tout cela aujourd’hui, et bien c’était maintenant ou jamais. C’était aujourd’hui, la fin de sa souffrance et le début de sa délivrance!

Elle fit deux pas avant de refaire face à l’homme. Dans le regard de l’elfe, on pouvait maintenant voir que le combat allait réellement commencer que maintenant, il l’aurait empoigné par les cheveux avant, ou il l’aurait prit par la taille qu’elle lui aurait certainement infligé des coups plus mortels que ce qu’elle avait l’intention de lui donner lors de ce combat que l’on voudrait ‘’amical’’, car la mort n’était pas du tout prévu dans celui-ci, bien qu’il le méritait d’avoir agit ainsi en toute impunité... Quoique si elle le tuait, elle lui laissait la chance de s’en tirer avec une vie de tout repos, car un jour, il allait certainement en ressentit les traces, du moins un petit peu de remords pour tout cela, sinon, elle s’en chargerait personnellement.

Et bien, ce n’était plus le temps de penser aux présupposés remords futur de l’homme, elle pouvait maintenant le frapper et il en était consentant, bien entendu, elle s’attendait à une riposte de la part de l’homme cependant. Elle n’était pas aussi naïve! Aussitôt que ce mot résonna en elle, elle eut pendant un instant un doute, et s’il avait prévu depuis le début la réaction de la jeune rousse…? Non impossible, tout simplement impossible, elle prit tout de même quelques mesures de prévention.

Ainsi quelques secondes s’étaient écoulées pendant qu’elle réfléchissait, pendant que son regard avait gagné en émotions. Elle se reprit en main avant que ça en deviennent trop ridicule, elle ne pouvait attendre indéfiniment comme elle en avait l’habitude de faire. Elle ne pouvait pas attendre qu’il attaque le premier, car c’était elle qui avait demandé ce duel, alors elle devait en assumer les conséquences en faisant se que ça l’impliquait, donner les premiers coups. Les coups faiblards qu’elle surnommait dans sa tête. De toute façon, pour la rousse, les premiers coups n’étaient toujours qu’un échauffement avant de passer aux choses sérieuses, faisant ainsi attiser le feu qui s’était éteint dans son sang. Après tout, elle n’était pas la plus habile lors des face-à-face, elle n’était qu’une rôdeuse, habile à l’arc pour le moment, pas encore ce qu’elle désirait de venir le plus ou monde; une guerrière.

Non… Tout cela ne marcherait pas, même que son regard perdit aussitôt son éclat. Elle espérait qu’il comprendrait. Ainsi, l’air amer, elle s’avança à nouveau vers l’homme, de façon complètement résignée. Elle se mit sur la pointe des pieds, croisa le regard rouge et sans pitié de l’homme, alors que les siens étaient si creux, si tout à coup fatigués, si aigri par l’âge. Elle mit sa main sur l’épaule de l’homme, tenant plus facilement en place et se hissant encore un peu plus haut. Elle chuchota alors à l’oreille de l’homme.

-Je… Je ne crois pas être en mesure de me battre….

Et alors qu’elle allait presque ce croise elle-même, qu’elle aurait presque voulut tout arrêter malgré sa détermination passée, elle fit ce qu’elle avait prévu, elle suivit les mesures de préventions qu’elle avait déjà toutes réfléchit il y avait à peine un instant. Cette fois, d’une voix moins attendrissante, et moins tremblante, elle reprit.

-J’ai simplement envie de gagner.

Elle enligna aussitôt sa réplique à l’aide d’un coup de paume sous le menton. N’est-ce pas plus beaucoup plus gracieux de cette façon? Elle mit à la seconde d’après quelques pas de distances entre elle et sa victime, c’était maintenant à lui de frapper, alors aussi bien se tenir un peu à l’écart pour bien parer le coup.

-Je t'ai prévenu, je suis remplis de surprise...

_________________
Memories consume like opening the wound. I'm picking me apart again.

~ Breaking the habit - Linkin Park!
Revenir en haut Aller en bas
Eos
Barbare
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 23/05/2013

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]   Jeu 6 Juin - 19:57

Alors qu'elle eut fini de parler le mutant la regarda, sans un bruit, de manière sombre. La rousse en fut d'ailleurs légèrement surprise, pensait-elle qu'il allait parler ou trouver de quelconques mots pour tenter de la dissuader ou de se défendre verbalement?
Non, il n’était pas de ce genre, surtout alors qu'elle l'avait provoquer en duel, le dialogue était inutile.

Puis la jeune femme s'adressa une nouvelle fois à lui pour lui poser des conditions de combat. Aucune technique ne pouvait être utiliser:
De un pas de magie, sinon j'aurais gagné

Hun, pensa le mutant

De 2 ne te gêne surtout pas, je suis capable d'en prendre et de naturellement me ménager. , rajouta-t-elle

Pas de magie??? Alors qu'elle était soi-disant plus caler que lui en la matière? Non... Il allait la briser... La détruire... Elle, son corps, son mental.... Il lui fera payer de l'avoir provoquer et de l'avoir pris de si haut... Assez haut pour exiger un combat au corps à corps.
Quoi qu'il en soi elle avait dit cela en s'approchant du mutant et en ce plaçant juste en dessous de lui pour le regarder d'un air confiant, mais au bout d'une seconde de 'baston de regard' Eos lui attrapa ses 2 joues, en serrant assez fort et la poussa violemment en arrière, continuant de la fixer de son même regard inexpressif.
La jeune femme s’était rattraper et marquait à présent une distance d'un peu près 2 pas entre nous. Et à partir de ça elle mit à le fixer, elle semblait réfléchir... Eos attendait, il espérait pour elle qu'elle allait se résigner, il était encore temps de revenir en arrière.

Mais malheureusement elle se mit à se re approcher de lui, son regard semblait moins combatif mais Eos était énervé... elle n'avait pas pris garde de son action précédente et là elle se permis même de poser une main sur son épaule, comme le ferais deux amis qui vont s’entraîner alors qu'elle se hissait pour glisser un mot à son oreille. Eos ne l’écoutait pas... les yeux écarquillés par l'envie de meurtre il saisit lentement son poignet et commença à resserrer l’étreinte, mais d'un coup la rousse lui mis un violent coup de paume dans le menton... ses paroles douces avaient réussi à duper le mutant qui pensait, inconsciemment, qu'elle le séduisait ou lui tarait des mots affectueux [ et oui ses petits chuchotement à l'oreille pouvait faire croire en cela].

Grace au coup en surprise, le mutant lâcha la rousse et cette dernière recula pour annoncer fièrement qu'elle était pleine de surprise. Mais le temps de son blabla fut suffisant pour le bad boy à reprendre ses esprits. Alors que cette dernière parlait, le mutant fut d'un coup entourer d'une intense énergie rougeâtre qui effectua un souffla comparable à celle d'une petite explosion.
La rousse fut inévitablement choquée [du fait qu'elle parlais encore quand Eos a réagis], puis le temps qu'elle réalise ce qui se passait elle ne pu ressentir qu'une intense douleur au niveaux du ventre. En effet Eos avait profiter de ce laps de temps pour rapidement parcourir la distance entre eux et infliger un violent coup de genoux dans le ventre de la jeune femme. Cette dernière ce plia en 2 si l'on suivait toute logique, plie de douleur dans lequel Eos se motiva de lui abîmer de le visage et de la faire souffrir avant de la tuer. Puis alors que cette cours réflexion se termina et que la rousse finissait de se plier , il souleva la tête de la rousse tout en armant son poing et le lui plaça rageusement dans le visage, sans trop viser. Le coup éjecta la jeune femme qui se heurta dans l'arbres le proche d'eux et de la trajectoire de la jeune elfe.

Il l'a regardait alors, prêt à agir pour tout autres actions de la rousse. Elle avait jouer la fo-folle avec la mauvaise personne car Eos allait la tuer. Tout en la regardant pour voir un quelconque signe de sa part il décida de tout de même la mettre au jus:
Annule ton pari... car je ne voudrais rien de ton cru après le combat, car tu vas périr...!!!

C'est à ce moment là qu'on pu la revoir... cette fameuse haine dans son regard. Cette femme n’était rien pour lui... Il ne la connaissait pas et en plus elle avait fait l'ingrate alors qu'il l'avait aider, elle n’était à ses yeux... Qu'une vie de plus qui allait partir.
Revenir en haut Aller en bas
Cybella Farrell
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
40/40  (40/40)

MessageSujet: Re: Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]   Sam 8 Juin - 9:56

Au tout début, rien n’aurait pu faire croire à la rousse que jouer la provoque inciterait le garçon dans la voie du meurtre, après tout, il devait être rassasié avec ses trois meurtres consécutifs!

Et bien non… Et loin de là, il ne croyait pas avoir une combattante digne de ce nom, il ne l’avait que pris par les joues, alors qu’elle se demandait se qu’il voulait bien tenter avec cette manière, elle se sentit projeter vers l’arrière. Et bien, elle n’avait pas du tout aimé le fait d’avoir certainement cette moue de bec de canard devant l’homme, elle était une femme qui se respectait et elle n’avait pas besoin d’avoir l’air moche devant qui que se soit, elle était belle et forte et allait lui en mettre une en plein visage si c’était comme ça qu’il voulait jouer…

Son stratagème ne fut guère compliqué à mettre en œuvre, elle ne faisait jamais cela, descendre aussi bas dans ses émotions, mais ainsi, son premier coup serait inattendu, et c’est bien là qu’elle aurait la chance de pouvoir attaquer l’homme à sa guise et réussirait à pouvoir parer ses coups. Tout lui venait naturellement, une main sur l’épaule, quelques petites paroles de désespéré, et Pan! Il venait de se faire avoir comme un petit lapin devant un renard.

Elle se recula finalement, croyant que ça serait pour le mieux, et c’était toujours plus difficile d’attaquer une fois éloigné, car bien entendu, elle avait maintenant du temps pour réagir, pas lui. Et alors qu’elle se laissait le loisir de parler, il fit ce qui la rendit noir de rage. Elle venait tout juste de poser cette condition… Il ne l’avait pas écouté, il ne semblait tout simplement pas écouter un traître mot de ce qu’elle disait. Et bien, il allait l’entendre et pas qu’un peu, mais avant, elle se fit prendre à ne pas réagir et à simplement à être scandalisé de cette magie rougeâtre. Si l’hypocrisie pourrait être une personne elle lui aurait fait sa fête en ce moment, et puis à son tour, elle eut droit à une surprise de taille.

Elle reçut un coup de genou dans le ventre… Elle se courba sous l’effet de la douleur allant poser sa tête près du sol, ne voulant pas que son visage soit aussitôt la prochaine cible de ce genou ou même du pied du garçon. Seulement rien n’y fit, il releve le visage encore un peu crispée de la rousse qui n’avait presque plus la l’envie de penser stratégie, qui n’avait presque plus que cette envie meurtrière elle aussi. Et encore, le gaçon ferma le poing, tandis qu’elle restait la presque passible devant ce qu’elle savait être un coup de poing. Il lui donna en coup en plein sur la joue, la projettant sur l’arbre qui était juste à son dos, assez près derrière elle d’ailleurs.

Alors il croyait vraiment qu’il allait la tuer d’un simple tour de passe-passe de magie? En fait, elle aurait déjà gagné, si l’homme ne voulait pas s’aventurer dans un terrain aussi périlleux. Avoir cette ordure sur la conscience la ferait plus sourire que déprimé rendu à ce stade… Il la répugnait, une chance qu’elle ne savait pas qu’il l’avait déjà décrite de grande beauté plus tôt, car elle aurait immédiatement pas pensé à couvrir ses arrières et l’aurait certainement étranglé. Il était clair, que cette fois, elle ne s’en sortirait pas indemne, elle aurait beaucoup de bleus, de bosses et d’égratignures, mais elle allait lui en faire baver à ce gars qui la menaçait déjà de la tuer. On ne pouvait pas tuer des elfes aussi facilement, surtout sur leur territoire, c’était insensé! Pour qui se prenait-il en affirmant qu’elle allait périr, elle laisserait certainement le plaisir à ce crâneur de la tuer elle, oh que non! Elle avait déjà eu son idée, elle saurait certainement servit de cet branche qui n’était pas trop haut pour qu’elle l’atteigne et vu la proximité du garçon, elle lui aurait envoyer ces deux pieds dans la poitrine avant de sortir la dague dans l’écorce et de lui enfoncer en plein cœur, mais…

Elle se ressaisit aux derniers moments, au moment où elle enfilait ses gants pour bien glisser sur l’écorce assez rêche de la forêt. Comme toujours, elle écouta son code, elle ne tuait pas sauf si sa vie en dépendait réellement, bien qu’on pourrait bien dire que c’était le cas en ce moment, elle savait qu’elle avait peut-être une chance de rétablir l’ordre. Elle avait encore l’opportunité de partir… De faire stopper l’hargne du garçon qu’elle avait actionnée sans même le savoir. Elle ne pouvait pas toujours se fier à la gentillesse de tout le monde, mais elle était tombée sur un homme qui n’aimait pas les combats amicaux avec quelques promesses au bout du compte.

Elle se releva et alors qu’elle pensait quitter la place de façon posé, elle eut un élan de rancœur envers l’homme qui l’avait formé auparavant, ils étaient si semblables sans le lien qui avait été beaucoup plus loin avec son maitre qu’avec l‘homme ici présent, seulement dans ce regard, comme quoi elle n’était rien qu’une vulgaire chose à exterminée, qu’une vulgaire moins que rien. Elle arriva devant lui, sachant le risque qu’elle prenait, le poussa au niveau des épaules de façon presque trop fragile.

-Vous êtes pareils, elle le poussa une seconde fois beaucoup plus énergiquement, je suis certaine que tu n’as pas de cœur, t’as jamais aimé, t’as jamais eu de compassion et ça changera jamais, dit-elle en le poussant une troisième et dernière fois, le faisant tomber sur le sol.

Malheureusement pour elle, tout cela était trop dure d’en parler si ouvertement, et lorsqu’elle le poussa, elle n’avait pas eu la force de rester en équilibre, les deux précédentes, l’homme avait su bloquer et rester droit comme une barre la faisant redevenir droite aussi par l’effet de balancier, mais cette fois non. Elle tomba en plein sur lui, le visage haineux et déchirée à la fois, si près d’éclater en sanglot. Et avant même que sa dignité ne parte comme sa volonté de vouloir le tuer précédemment, elle se releva et s'en allait pour partir comme une flèche, les larmes étant déjà prêtes à faire ce long et incessant trajet de ses yeux jusqu’à la courbe de ses joues encore un peu arrondis de jeunesse et de vitalité, mais avant, elle voulait voir sa réaction, comme si soudainement, elle s'intéressait à savoir réellement s'il avait un coeur ou non, comme si tout à coup sa réponse à lui aurait put être aussi la réponse de son ancien maître.

-T'as rien à dire pour ta défense? Tu admets sans rien que tu es une brute, un crâneur, un animal, une bête... dit-elle avec une moue de rage pigmentée de dégoût.

Elle allait continuer dans son énumération, mais elle sentit que le garôn voulait répondre, du moins, peut-être était-ce simplement une halucination de la rousse ou même un mince espoir de réussite, un mince espoir de penser qu'il serait en mesure d'être aimable et chaleureux.

_________________
Memories consume like opening the wound. I'm picking me apart again.

~ Breaking the habit - Linkin Park!
Revenir en haut Aller en bas
Eos
Barbare
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 23/05/2013

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]   Sam 8 Juin - 10:53

L'action était faites, la rousse lui paumer le menton et Eos avait fait exploser un peu de son énergie pour la surprendre et la frapper. Rien de magique là-dedans. Néanmoins la jeune rousse se releva et enfila des gants.

Eos ne savait pas du tout ce qu'elle avait l'intention de faire. Il l'a vit alors s'approcher de lui encore une fois, un regard charger de reproche.
Les yeux d'Eos s'écarquillèrent alors une nouvelle fois, dans un élan démoniaque.
Puis la rousse le repoussa en lui criant dessus une nouvelle.
Eos pouffa de rire intérieurement, d'un rire tout simplement méchant et mauvais, un rire moqueur....
Voici donc toutes ta détermination, hun hun!!! , pensa-t-il

Le blanc de ses yeux commençait tout simplement à devenir noir. Signe que son Devil Gene commençait à prendre le dessus, il gifla alors violemment de la main gauche, puis enchaîna directement d'une grande gifle de la main droite. Mais la fille ne cessa pas pour autant... elle tenta de le pousser une autres fois, sans prendre en compte les 2 tartes qu'elles venaient de se manger.
C'est vrai... Eos était une brute doubler d'un gros malade mental. Quoi qu'il en soi elle se rattrapa sur lui, et leva son visage au bord des larmes.
S'en était trop! IL FAUT QUE CE VISAGE SOIT EN SANG, pensa-t-il alors que la couleur de sa peau s'obscurcissait. L’atmosphère était mauvaise et infernal, la vitalité de la foret avait laisser place à une foret inquiétante, maléfique, même le soleil semblait menaçant, les bruit des animaux autours et de l'eau semblait s’éteindre. Comme si les arbres allaient s’enflammer d'une minutes a l'autres. Comme si les cadavres allaient se relever... Comme si les âmes et les démons avaient créer une porte entre les 2 mondes, juste ici.

Eos lui saisit alors rapidement son visage et se recula afin de vouloir violemment lui foutre dans le sol, violemment lui briser la gueule parterre. Alors que La rousse devait surement ce dire que c’était la fin elle déclara une phrase simple qui permis à Seriel, son Human Gene, de reprendre le dessus.
-T'as rien à dire pour ta défense? Tu admets sans rien que tu es une brute, un crâneur, un animal, une bête...

D'un coup alors... la foret retrouva son atmosphère habituelle, Eos avait reprit son aspect normal et regardait à présent de ses yeux flamboyants les yeux verts de l'elfe qu'il tenait en main.
Elle avait l'air si triste... Eos la lâcha... Se demandant pourquoi il avait répondu aux provocations de cette jeune fille. Voila pourquoi il ne voulait jamais taper les femmes... pour ses remords éternelle qui lui couraient après à chaque fois qu'il passait à l'acte.
Je n'ai rien à dire pour ma défense.... Je ne suis qu'un monstre... Une expérience scientifique. Mon cœur m'a été enlevé. Je ne sais pas comment le reconstruire... Je suis désolé mais je crois que je ne pourrais plus tenir ma parole et je ne vais plus t'attaquer. Désolé aussi d'avoir tuer ces personne.

Incroyable mais vrai... Eos avait changer du tout au tout et était sous une bonne optique. Cela allait surement durée quelques minutes le temps que Seriel avait toujours le dessus sur l'humeur d'Eos.
Ce dernier ne voyait plus du tout cette femme sous le même angle, il voyait surtout qu'il était aller trop loin.
Revenir en haut Aller en bas
Cybella Farrell
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
40/40  (40/40)

MessageSujet: Re: Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]   Lun 24 Juin - 2:26

Elle avait sut qu'elle courait à sa perte, mais il fallait croire que les sentiments étaient parfois plus gagnants que la force. Elle encaissa les deux gifles qui vinrent piquer ses joues, brûlant son épiderme au point de lui faire arracher quelques inspirations tel des sifflements vu la retenu qu'elle essayait d'avoir en serrant les dents. Elle se sentait tendu au niveau de la nuque, se retenant de ne pas donner une correction à l'homme, mais était-elle réellement de taille? Pas lorsqu'elle pensait à lui, c'était certain.

Ses yeux s'étaient comme aussitôt frayer un chemin dans le regard profond d'Eos, elle semblait perdre le souffle. Comme si le regard froid qu'il avait, avait  transformé la place et qu'il lui enlevait toute sa vitalité, autant à l'endroit qu'à elle. Dans les yeux d'Eos qui s'assombrissait, elle semblait découvrir une dimension bien obscur de sa forêt enchanté. Elle avait presque l'impression que son énergie vitale avait été en chute libre, alors que pourtant, son cœur battait la chamade alors que ses bras s'étaient tendus une autre fois pour pousser l'homme plus violement en l'accusant tout simplement de ne pas avoir de cœur. Alors qu'elle s'était sans le vouloir accroché à lui, elle vit que la peau de l'homme s'obscurcissaient, ses doigts qui tenaient, il n'y avait pas une minute la chemise de l'homme en boule dans sa paume s'écartèrent, tout autant que ses yeux, alors que sa bouche s'entrouvrit à peine. Elle releva un regard plutôt inquiet et déchiré. Les larmes ne pouvaient être ultimement retarder et pourtant... L'impossible arriva, alors qu'elle avait tant souhaiter une réaction de l'homme, encore une fois son visage se fit prendre violement entre ses mains ne pouvant pas du même coup se défiler ou être loin du regard de ce tueur. Elle aurait surement dut être terrifié à cet instant, mais rien, elle était amère, sa tristesse ne faisait que coincé ses instincts de survie au tréfonds de son esprit. Elle ne put que sortir toutes les insultes qu'elle avait tant rêvée crier à la personne qui prétendait être son maître, au lieu de quoi, ce fut Eos qui dut entendre ce tsunami d'insultes qui n'aurait certainement pas arrêtée si elle n'avait pas sentit sa gorge et ses côtes se resserrer. Elle manquait de souffle, toujours dans ce monde vidé de vie que les yeux d'Eos lui laissait croire être véritable.

Et en une fraction, le regard meurtrier de l'homme devint beaucoup plus celui d'un homme contrit. Un homme qu'elle aurait surement aimé si les conditions avaient été moindrement différentes. Au début, elle était incrédule à tout ce baratin, mais elle n'était guère capable de dire que c'était un mensonge ou même une tactique, le chemin de la compassion s'était vite immiscé à l'entrée de son cœur. Ses joues déjà un peu colorés devinrent chaudes, elle ne pouvait nier qu'elle avait un peu honte de sa réaction, sans parler que ses mots n'avaient pas été totalement destinés à Eos, bien qu'ils convenaient tout autant à la situation et à ses pensées. Les trois corps des gamins étaient encore aux mêmes endroits, comme pour lui rappeler l'ignoble chose qu'elle n'avait freiner et qu'elle avait pousser à bout, alors que pourtant il venait tout juste de demander pardon pour cela.

Pendant un instant, alors que tout redevient beau, que l'air entra librement dans ses poumons sans se coincer à l'intérieur de sa gorge sèche, elle eut une larme qui glissa le long de sa joue. Toujours en le regardant dans les yeux, elle imaginait presque la main de l'homme venir cueillir l'eau salée et ultimement ses lèvres... Et oui, du beau n'importe quoi, elle savait bien que tout cela était ridicule, premièrement, car il était un inconnu, doublé d'un assassin et que finalement, elle, elle quoi? Elle n'y croyait plus et espérait tout simplement arrêter de toujours être si sentimentale. Ses vagues de sentiments semblaient si violentes et dans des circonstances douteuses et indésirables. Elle n'avait pas besoin de quelqu'un qui change de mentalité aussi promptement. En quelque part, elle compatissait réellement cette autre nature qui semblait plus douce de l'homme, elle aurait aimé ne pas être aussi orgueilleuse et s'excuser d'avoir agit ainsi simplement par manque d'action, par revanche, mais elle en fut incapable. Elle ne put que mettre sa main sur le torse de l'homme, là où son cœur aurait garder une cadence. La chaleur qu'elle avait en elle s'étendit dans la poitrine de l'homme, et sans cligner des yeux, son regard devint attendrissant, pas par pitié, non, un regard tout simplement qu'elle voulait chaleureux. Finalement elle réussit trouver un peu de courage en elle et à pouvoir ainsi parler.

-Peut-être n'es-tu pas ce que tu laisses croire finalement...

Était-ce vraiment les dernières paroles qu'elle voulait dire avant de le quitter? Des mots presque mystérieux, des mots qui pouvaient tout dire pour cette femme, des mots qui aideraient une futur rencontre ou qui laisserait la chance à l'homme de la surprendre. Car sans le vouloir, on dirait qu'elle attendait un petit quelque chose de ce revirement.

-Vous savez, rien ne pardonne ce que vous venez de faire, mais... Je me sens... aussi impliquée que vous  de ne pas avoir pu vous arrêter, de vous avoir ainsi poussée à bout..., elle ferma les yeux, un sourire délaissé de toute joie, de simple tristesse fit son apparition sur ses lèvres avant de rouvrir les yeux scintillants.

Ne me dites pas qu'elle allait pleurer pour de bon, là, non. Elle tourna dos à l'homme, levant les yeux au ciel, comme pour essayer de ravaler ses larmes, regardant les étoiles constellant magnifiquement ce ciel. IL ne savait pas comment reconstruire son cœur... Elle était curieuse sur toute cette histoire, mais elle n'arrivait pas encore à pouvoir lui poser des questions là-dessus.  Elle le laisserait parler, mais soudain, dont ne sais où, les lèvres de Cybella se remirent à remuer, donnant un esprit plus joyeux à cet endroit encore maculé par la présence des cadavres sur la terre et sur l'herbe de la forêt. De par cette métaphore, on aurait dit qu'elle essayait de montrer à l'homme qu'il n'avait peut-être pas totalement cesser d'être un humain, en disant tout simplement qu'il était un monstre sans chercher à l'amadouer en était pour elle la preuve flagrante.

-Vous savez, on peut croire que la nuit n'est que l'obscurité, qu'un manque flagrant de lumière et pourtant, il est rempli de lumières scintillantes. Seriez vous alors surpris de voir une certaine humanité en vous alors que vous n'avez plus de cœur?, dit-elle cessant d'être sur le terrain de la subtilité.

Sans le vouloir, son corps se retourna automatiquement alors que ses yeux verts voulurent une nouvelle fois avoir droit de frôler les iris foncés et les pupilles du rouge inoubliable de l'homme.

_________________
Memories consume like opening the wound. I'm picking me apart again.

~ Breaking the habit - Linkin Park!
Revenir en haut Aller en bas
Eos
Barbare
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 23/05/2013

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]   Sam 13 Juil - 9:33

C'était une journée pleine de rebondissements pour notre rat de laboratoire, il était tombé sur une scène d'agression et avait décider de venir en aide à la victime. Une très jolie femme elfes aux cheveux roux et aux yeux verts. Mais cette jeune elfes avait des choses à se prouver et n'avait pas aimée la solution du meurtre pour régler cette histoire, elle avait interceptée EOS et l'avait provoquée a plusieurs reprises, notre protagoniste avait répondu aux provocations et avait entamé un rapide échange avec elle. Elle l'avait frappé au menton et lui avait riposter rapidement en utilisant ses techniques de téléportation et sa force brute, la fille avait était dépassée par le évènements et l'échange avait été totalement a l'avantage du mutant.

Ce dernier avait même commencé a perdre son sang froid et son Devil Gène avait prît le dessus et ainsi changé l'atmosphère ambiante pour y instauré une ambiance infernale. C'était très idiot et imprudent pour la jeune elfe de l'avoir provoquée ainsi, croyait-elle que le monde en dehors de son petit village et tout beau tout gentil, ou bien qu'elle privilégierait de la galanterie ou de la clémence car elle est une femme?
Nan, EOS n'aurait pas son Humain Gène elle serait morte ou alors elle aurait galère pour s'en tirer, car notre énervé de la vie, avait beaucoup de sang sur les mains un peu en plus ou moins n'aurait rien changer, mais bon ça la rousse ne devait pas le savoir sinon elle aurait été plus prudente. Néanmoins malgré la situation, grâce a la douceur de son être et son désespoir elle a réussi a prendre EOS de pitié et ainsi Sériel son Humain Gène a pût prendre le dessus.

De la elle devînt tres émotive elle eût même une larmes qui vînt perler a sa joue. Elle lui annonça qu'il n'était pas si sombre que cela, elle plaça ensuite sa main sur sa poitrine et se releva en déclarant que ce qu'il avait fait était impardonnable mais qu'elle avait aussi sa part de responsabilité dans tous sa puis elle lui tourna le dos en semblant fixer le ciel, alors que le regard du mutant se rassombrissait une nouvelle fois et devenait le même regard froid et violent qui était le sien habituellement. Il fallait mieux qu'il laisse cette femme, ils étaient comme le soleil et la lune, elle était naïve et jeune, et un proverbe dit que les contraire s'attire mais certains contraire se haïssent, et inéluctablement EOS sentait qu'il allait lui attirer des problèmes et qu'aux soi il tenterait de la pervertir soi elle tenterait de l'assagir. Au final, ils étaient des contraire sans pour autant être complémentaire, on ne rencontre pas une fille comme ça a chaque coin de rue. C'était donc sûr pour EOS qu'ils allaient se rencontrer a nouveau. Elle lui annonça durant la réflexion de notre mutant que même les ténèbres de la nuit sont éclairés par les étoiles. Puis elle se retourna pour l'observer et/ou attendre une réaction de sa part mais ce dernier avait disparu sans laisser de trace ou n mots ou un bruit...

C'était sa façon un peu a lui de lui dire au revoir, disparaître comme il était apparu. Il l'a reverrait cela ne faisait aucun doute. Puis alors que l'elfe devait s'indigner ou réfléchir une feuille qu'il avait volontairement laissé; voleta jusqu'à la rousse, c'était un prospectus de Paludurh sur lequel il y avait la photo de Seriel, la Sienne ainsi que celle de Shinzo le démon avec lequel il était fusionné, c'était en réalité le dossier de laboratoire du projet EOS Luminus... En gros c'était une petite façon de rep a sa question et de laisser une signature a celui qu'il était....



[Fini pour ma part peu-être une dernière réponse de ta part mais pour moi c'est bon, EOS a fuit les lieux]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi m'aider, je peux me débrouiller seule...[PV Eos]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» Haïti-Éducation: Pourquoi nos meilleurs élèves s'exilent-ils?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ LES TERRES PERDUES ~ :: ~ TERRITOIRES DE L'OUEST ~ :: Le Village d'Ingwuië-
Sauter vers: