~ LES TERRES PERDUES ~

Qui montera sur le trône de fer...?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comment faire danser ses yeux à nouveau? [Pv Andy]

Aller en bas 
AuteurMessage
Xander Adams
Roublard
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 02/04/2013

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Comment faire danser ses yeux à nouveau? [Pv Andy]   Ven 28 Juin - 19:05

Je m’étais précipité vers l’auberge où on m’avait dit qu’elle se trouvait, avec la pensée qu’elle serait sur le bord de la porte et qu’aussitôt qu’elle m’aurait vu traverser le hall -car elle m’aurait fait attendre un peu, mais n’aurait pu me laisser attendre plus longtemps avant d’apparaître devant moi- elle m’aurait dit que j’en avais mis du temps avant de plaquer ses lèvres sur les miennes que j’aurais certainement agacé avec le bout de mes doigts une fois que j’aurais mis un peu de distance entre nous. En faisant cela, ça la rendrait impatiente que mes lèvres reviennent cueillir les siennes selon ses souhaits bien entendu, mais…

Mais rien de cela ne se fit. Aussitôt que je franchis le portique, la main de ma protégée me ramena presqu’à l’ordre, sa main froide dans la mienne, créait une certaine chaleur, je veux dire plus dans le sens réconfortant que réchauffant, mais ça me prouvait que tout ne serait pas aussi facile que ce scénario qui s’avérait un peu faussé. Alors, main dans la main, moi et ma protégée, restions là, moi et elle, observant les autres qui passaient devant nos yeux, seulement avec des visions et des hauteurs bien différentes. Était-elle aussi à la recherche de cette femme que je lui avais si souvent parlée avant qu’elle s’endorme? Mon œil s’habituait aux couleurs ternes des planches de bois posé à l’horizontale sur les murs et de la présence de seulement quelques chandelles placées ici et là, lesquelles aurait éclairé ses cheveux foncés et illuminerait ses yeux verts émeraudes à ma simple vue. Je voudrais voir ses yeux verts danser pour mes yeux pourpres encore une fois, mais elle ne semblait pas être ici… Trop tard déjà? J’avais fait un effort considérable pour me déplacer le plus rapidement possible, et pourtant, je ne pouvais vraiment pas voir une autre fin que celle que j’avais imaginé il n’y avait à peine quelques secondes, alors il était impossible qu'elle ne soit pas là. Elle me faisait attendre, elle voulait voir à quel point j’étais inquiet sans elle, ce ne pouvait être que cela. C’était un fait aussi évident qu’elle avait conservé son nom m’avait dit le marchand de poupée, elle se souviendrait, jamais je ne douterais.

Bien que ma vue semblait ternie, dont les seules teintes pouvaient être le blanc, le gris et le noir vu les ténèbres que représentait ma vie sans elle, j’hallucinais tout de même sa chevelure noire avec beaucoup d’éclat, de brillance, et de vitalité comparé aux autres teintes noires de ma vision des choses. J’imaginais cette chevelure soyeuse, cette simple chevelure qui avait tout les charmes du monde se balancer le long de son dos que je voudrais encore pouvoir effleurer de mes doigts qui avaient maintes et maintes fois explorer les différents chemins possibles de ce dos. Quand même, ne nous imaginons pas trop de choses, j’étais un homme sain et noble, et Andy se devait d’être pure jusqu’à notre union.

Disons, que pour moi, le salut éternel, n’était pas si cruciale que cela sans dire que je ne croupirais pas avant deux millénaires sans parler que la croyance à un certain paradis ou enfer pour les vampires, c’est assez rigolo. Et maintenant, la perte de ma future me semblait comme mon propre enfer, certainement du à mon insolence face à ce ‘’Dieu’’. Cet enfer qui consumait la seule forme de vie encore habitable chez moi, l’eau. L’enfer engloutissait mes larmes, comme si c’était la plus divine des eaux, comme si mes larmes étaient les eaux obscures du Styx.

Tout n’était pas perdue m’avait dit la petite avant de partir à l’administration pour avoir une chambre, je savais qu’elle savait se débrouiller, mais instinctivement, j’avais voulu lui reprendre la main et aller avec elle au lieu d’être seul, comme en retardant ce moment. Seulement, une chevelure magnifique passa dans mon champ de vue, elle n’avait plus d’odeur, mais je savais en quelque sorte que c’était ma Andy, grâce à sa robe fleurit. Ça faisait si longtemps que j’essayais de la retrouver, ça me motiva d’ailleurs à recommencer à marcher. Bien entendu, je ne pouvais me contenter de me mettre à côté d’elle et d’engager la conversation. Je me pris en main, retroussa mes manches avec style, descendit mon chapeau pour dissimuler mon regard et me dépêcha à courir pour prendre un corridor qui allait croiser sa route.

Je prenais maintenant le tournant, j’arrêtai de courir et d’un pas normal, je pris ma montre de poche d’une main et l’autre, je la plongeai dans une de mes poches et fit semblant de regarder l’heure, alors que de mes yeux mauves, je regardais Andy du coin de l’œil. Alors que je semblais quelqu’un de détendu, j’avais mal aux creux des joues à force d’avoir la mâchoire aussi serrée. Je savais que je devais faire une entrée remarquée, et la seule idée qui m’était venu était assez impulsive, mais je n’avais guère d’autre temps de réflexion. Du moins, maintenant qu’elle était si près, je ne voulais retarder encore nos retrouvailles.

Je marchai droit devant et je lui rentrai dedans, bien entendu, c’était ça mon plan. Je tombai sur elle, je relevai donc le bout de mon chapeau plus haut sur mon front pour que nos regards se croisent. Je ne puis agir autrement que comme j’en avais l’habitude. Je l’aidai à se relever, et de mes mains, j’essuyai ses hanches, et j’allai pour passer mes bras à sa taille et lui essuyer les fesses, qui devaient avoir un peu de poussière dessus, quand je réalisais qu’elle n’avait pas réagit en me voyant. J’avais trop été vite, était telle abasourdie? Je ne pouvais pas faire ça tout de suite, d’un coup qu’elle n’ai pas eu le temps de me reconnaître, elle prendrait cet inconnu imaginaire pour un pervers. Je levai donc la tête, enlevai mes mains de sur ses hanches et la regarda dans les yeux, cherchant la moindre parcelle de surprise, d’amour, de joie ou même de colère. N’importe quoi fera l’affaire, mais ses iris ne semblèrent pas très coopérative, rien ne vient me rassurer.  Même ses iris aussi impassifs ne me résonna pas, elle allait avoir une réaction immense, mais qu’allait-elle être?

-Désolé de ma bêtise. Je vous donne mes plus plates excuses. Je ne regardais pas où je marchais, Andy.

Je la regardais, toujours aussi éberlué de cette ressemblance aussi frappante, alors que je savais que sous tout cela, il n’y avait que du bois qui habitait son âme qui j’avais souvent garder autour de mon cou. Il n’y avait aucun cœur, aucun sang qui coulait dans ses veines, quelque chose d’assez bien, car je n’avais pas cette irrépressible envie de porter mes lèvres et mes crocs à son cou, à sa nuque, à sa poitrine ou à ses poignets si vivifiant… Je coinçais son menton entre mon pouce et mon index, et alors que j’allais laisser mon pouce à cette folle envie de caresser la nouvelle peau de ma bien-aimée qui semblait si douce, je la regardais intensément, essayant presque de voir aux plus tréfonds de son âme, car c’était bien ça que j’essayai de trouver, l’âme d’Andy à l’intérieur de cette poupée. Mes mots étaient en fait une façon de calmer la rancœur qu’elle avait peut-être contre moi, vu tous ce qui était arrivé. Elle était morte à cause de moi après tout…Je cessais immédiatement d’avoir cette pensée, car maintenant, elle était ici devant moi, en vie.

Je gardais son menton dans ma paume, quand je me rendais compte des sentiments qui se passaient à l’intérieur de moi, si j'avais été humain, j'aurais certainement employé ces termes, ''je sentais mon cœur gros, sur le point de vouloir s’évader, grimpant dans ma gorge avec des pics d’escalade, alors que je l’éclaircissais comme pour dire quelque chose de plus, alors que je ne savais pas quoi dire devant ce comportement passif d’Andy'', mais j'étais un vampire alors sentir ces choses là n'était que plus perturbant, comme si une vie essayait de renaître en moi alors que j'étais si embarrassé, comme vous, comme un humain normal. D'ailleurs, je me souvenais qu'elle avait toujours été expressive et explosive, que se passait-il donc?

Ne réagirait-elle donc pas, sans parler que la proximité dont je faisais preuve devait être troublante, lorsqu’on venait de se faire renverser par une vielle connaissance, bien que nous étions beaucoup plus que de simple connaissance. Je fis alors remonter ma main, et plaça une mèche de cheveux derrière son oreille, comme elle en avait l’habitude de le faire, avant d’enlever ma main de sur son visage inexpressif, mais qui semblait sur le point de changer. Finalement j'attendais sa réaction, comme si cela allait être le verdict sur notre relation, en fait c'était cela. Maintenant je devais simplement attendre en me posant cette unique question: ''Allait-elle me donner une gifle ou un baiser?''


Dernière édition par Xander Adams le Sam 3 Aoû - 23:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Andy White
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 17/02/2013

Feuille de personnage
Points de Vie:
100/100  (100/100)
Jauge de Survie:
100/100  (100/100)
Points d'Énergie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Comment faire danser ses yeux à nouveau? [Pv Andy]   Mar 9 Juil - 1:52

L'arrière-boutique était propre. Aucune poussière n'osait se poser sur les étagères depuis que la poupée nettoyait chaque jour. Cette nuit aussi, Andy avait passer le plumeau un peu partout, avait balayer le sol puis passer la serpillière rendant le sol étrangement glissant. Elle avait rapidement terminé ces petits tâches puisqu'elle s'en occupait tous les jours. En rangeant le balais et la serpillière dans leur coin, le regard de la poupée croisa la fenêtre et d'un même temps, la lune et les étoiles. Jamais elle ne les avait vu d'autre place que de cette fenêtre de taille moyenne donnant sur la ruelle longeant la boutique de poupée. Elle aurait pourtant aimer pouvoir admirer ces étoiles d'ailleurs. Et de plus haut. Sur un toit, peut-être. S'approchant des étagères de l'arrière-boutique entreposant les poupées abandonnées par le temps. Elle les regarda longuement. Elle les comprenait. Lentement, elle replaça chacune des poupées à leur endroit habituelle. Assises ou debout. Elles étaient magnifiques. Pauvres petits poupées abandonnées comme Andy l'avait été. Elle leur souhaitait un avenir heureux. C'était la dernière fois qu'elle s'occupait d'elles. La poupée aurait pu se sentir nostalgique si seulement elle aurait connu ce sentiment. Malheureusement, elle ne savait que faire le ménage comme une cendrillon. Cette nuit par contre, ça changerait. Tout changeait cette nuit.

Elle avait décidé de partir. Elle quittait la boutique une fois pour toute et n'avait aucune intention d'y revenir une jour. Elle avait vu ces nombreuses personnes par la fenêtre et par la porte entre-ouverte de l'arrière-boutique. Elle avait vu cette foule d'expression magique sur leur visage. Le visage des fillettes devant les poupées merveilleuses créés par le créateur, celui de garçon qui se devaient de suivre la famille, celui des pères ayant l'air occupés ou désintéressés de la situation et celui des mères attisant l'imagination de leurs enfants en quête de nouveaux jouets. C'était quelque chose d'étrange dont Andy était éloignée contre son gré. Elle voulait en apprendre plus sur ces personnes, sur les humains. Elle leur ressemblait. Mais en même temps, elle était très différente. Pourtant, lorsqu'elle se regardait dans une glace, elle voyait une humaine. Tout ce qui lui manquait, c'était cette éclat qui animait le regard de chacune d'elles. La poupée voulait trouver cette éclat.

Elle était donc partie. Avec comme seule bagage une aiguille et du fils. Elle n'avait rien d'autre. Son créateur était couché depuis longtemps et ne se lèverait pas avant l'aube, ce qui laissait beaucoup de temps à la poupée pour quitter l'endroit. Elle ouvrit délicatement la porte de l'entrepôt pour se retrouver dans la boutique. Il y avait un long moment qu'elle n'y avait pas mis les pieds. Ça n'avait pas changé du tout. Sauf peut-être les poupées en vente. Elle dit au revoir à chacune d'entre elle avant de retourner en arrière. Elle sortirait par la ruelle. Elle risquait moins d'attirer l'attention et elle ne ferait pas sonner la clochette de la porte d'entrer qui la trahirait.

Une fois dans la rue. Andy regarda autour. Deux chemins s'offraient à elle : à droite ou à gauche. C'était plus dur que ce que nous pouvions penser. Vers la droite ramenait à la grande rue principal qui était presque vide à cette heure-ci. La gauche menait à un dédale de couloir labyrinthique et dangereux à cette heure tardive et dans cette ville peu fameuse, mais c'était aussi beaucoup plus discret. Donc, où allez? Quitter la ville tout de suite ou s'y promener? Rester pourrait être risquer, mais partir à cette heure de la nuit serait simplement idiot tellement ce serait dangereux. La poupée gagna donc l'allée principal et marcha en longeant les maisons. Elle s'arrêterait là où il y aurait un tas de gens à étudier.

Ce ne fut pas très long qu'elle arrivait près d'une écurie remplis de chevaux et pas très loin, il y avait une auberge. Pas très fameuse, mais avec un bon prix pour les voyageurs qui passaient. Il y avait pas mal de gens à l'intérieur. Andy décida donc de se frayer un chemin entre les gens pour y entrer. L'auberge n'était pas bondé, mais pour une poupée habituer à être enfermer dans un entrepôt, c'était assez déstabilisant. Andy marcha lentement entre les personnes soient assise à une table en train de manger ou boire, soient en train de parler à l'aubergiste pour une chambre. Andy savait qu'il fallait de l'argent pour payer quoique se soit. Et elle n'avait rien sur elle. Elle se contenta donc de se frayer un chemin, se cachant parmi la petite foule pour se rendre au couloir des chambres. C'était beaucoup plus tranquille dans cette section puisque la plupart des gens ne venaient que manger et boire ou dormait déjà à cette heure-ci. Il y avait tout de même quelques dernières minutes pour louer une chambre pour la nuit. Andy se promena dans les couloirs en fixant les gens sur son passage. Leurs expressions faciales, leur façon d'agir, leur façon de parler, de manger, de boire. C'était quelque chose de fascinant.

Depuis quelques minutes déjà, la poupée suivait une jeune femme au cheveux court bruns foncés. Elle semblait avoir un caractère propre et avait réussi à se procurer une chambre. Lorsqu'un homme saoul et puant l'approchait trop, elle le renvoyait à l'aide d'une réplique cinglante. Il se dégageait d'elle une telle force et une telle liberté qui allumait une petite flamme cachée une Andy. Mais c'était tellement profond qu'un rien pouvait la balayer. Un rien qui arriva rapidement en lui fonçant dessus. N'était aucunement préparer à cela, le corps de la poupée subit le choc et fut rattraper par la graviter. Elle voulut s'assurer qu'elle n'était pas désarticuler, mais un poids l'en empêchait. Elle porta donc son attention sur le jeune homme qui lui était tombé dessus. Au même moment, celui-ci relevait son chapeau pour que leur yeux se croisent. D'accord. Andy ne réagit pas à son geste, mais accepta l'aide pour se relever. Une fois sur ses pieds, la poupée fut ravie de voir que ses articulations étaient en ordre. Elle porta ensuite de nouveau son attention sur la personne qui l'avait percuté puisque celle-ci essuyait en ce moment même la poussière s'étant posée sur la robe d'Andy au niveau des hanches. Étrange. Les humaines faisaient-ils tous ça lorsqu'ils frappaient quelque d'autre par inadvertance? Le garçon s'arrêta ensuite dans son mouvement et se redressa pour regarder à nouveau Andy dans les yeux, comme s'il attendait quelque chose. Mais quoi? Andy le fixa à son tour sans réagir. Remerciement? Excuse? Pourtant, ce n'était pas elle qui lui avait rentrer dedans. Mais finalement, ce fut lui qui rompit le silence malaisant qui s'installait.

Désolé. Plates excuses. Plates excuses? Cette tournure de phrase sonnait étrangement fausse à l'oreille d'Andy. Que voulait-il dire par là? Ce n'était pas vraiment ce qui lui importait de tout façon. Elle ne fit pas très attention à ce que cet inconnu qu'elle ne reverrait probablement jamais de sa vie lui disait. Il ne regardait pas où il allait. D'accord. Ça devait arriver à tout êtres humains. Ne voulant pas perdre plus de temps avec cette personne et retrouver la femme qu'elle étudiait précédemment, elle contourna le jeune homme aux cheveux noirs et continua son chemin sans plus s'attarder sur lui. Intérieurement par contre, elle se disait : «Je ne m'appelle pas Andy, mon nom est...» Une minute. Elle arrêta ses pas qui résonnait dans le couloir presque vide. Il n'avait pas dit Alice? C'était pourtant ce qui tout le monde disait tout le temps, Alice. Elle se répétait même tout le temps la même phrase. Elle ne s'appelait pas Alice, mais Andy. Sauf que cette fois, on l'avait appelé par son vrai prénom. Comment? Comment pouvait-il connaître son vrai prénom? Encore plus de questions sans réponse se bousculant dans la tête d'Andy. Lentement, la poupée se retourna pour fixer le garçon longuement. Dans ses yeux, quelque chose sembla s'allumer. Un souvenir. Oui, elle le connaissait. Elle se souvenait de lui. Elle s'approcha un peu.

- Je te connais. Nous nous sommes déjà rencontrés. Je t'ai vu par la fenêtre, ce jour-là... Tu es Oliver Powell. Mon créateur m'a parlé de toi.

Andy pencha légèrement la tête vers l'avant pour une salutation comme son créateur lui avait appris. Il ne lui avait pas appris grand chose, mais elle savait au moins ça. C'était bien qu'elle ait réussit à reconnaître quelqu'un. Elle pouvait être fière d'elle, quoiqu'elle ne connaissait pas encore la fierté... Cependant, elle ne se rappelait pas lui avoir déjà parler. Ils s'étaient vus, mais sans plus, croyait-elle. Comment savait-il son nom dans ce cas? Elle se souvenait que de son côté, elle avait demandé au créateur puisqu'il passait souvent derrière la boutique pour la saluer.

- Tu me connais?

Andy avait complète oublier l'autre personne qu'elle suivait plus tôt. La flamme s'était déjà éteinte de toute façon. C'était dommage puisque cette personne aurait peut-être pu éveiller des souvenirs cachés au fond d'Andy. Mais c'était de toute façon trop tard. Il y avait quelque chose d'encore plus intéressant devant elle en ce moment. Quelqu'un à qui elle pouvait parler. C'était cent fois mieux pour apprendre à vivre non?

[Hors-Rp: Vraiment désolé, Je ne te donne pas grand chose, dis-moi le si tu as besoin de plus ^^]

_________________

I will find my way in this strange world.
Believe me, one day, I'll be like all of them.
Revenir en haut Aller en bas
 
Comment faire danser ses yeux à nouveau? [Pv Andy]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment faire un escalier ?
» [TUTO] Comment faire des arbres
» comment faire une haie ?
» Comment faire un rp ?
» Comment faire une bourde [PV : RUBY]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ LES TERRES PERDUES ~ :: ~ TERRITOIRES DU SUD-OUEST ~ :: Le Village d'Ivarnum :: Auberge-
Sauter vers: